Google interdira les publicités de cryptomonnaies

Google bannit les annonces de cryptomonnaie
Source de l’image : Pixabay

À partir de juin 2018, les utilisateurs de Google ne seront plus inondés d’annonces publicitaires relatives aux cryptomonnaies. Bien que cela puisse ne toucher qu’un faible pourcentage d’utilisateurs, cette initiative intervient dans le cadre d’une plus grande répression de la promotion de la commercialisation de produits financiers à haut risque. Google n’est pas la seule entreprise à signaler les dangers de cette forme de commercialisation. En janvier, Facebook inc. a commencé à se défaire des publicités de cryptomonnaies et d’autres produits à haut risque qui sont annoncés sur l’un des sites de médias sociaux les plus importants au monde.

En mars 2018, Alphabet inc. (une filiale de Google) a mis à jour sa politique publicitaire pour parler des dangers de la publicité des cryptomonnaies et de tout contenu afférent. Très vite, ils ont publié une déclaration disant qu’ils envisagent de bloquer toutes les publicités de cryptomonnaies et tout ce qui y est lié. En ce moment, si vous faites une recherche de termes tels qu’« acheter Bitcoin », vous verrez au moins quatre annonces commanditées. En juin, elles n’existeront plus, mais nous verrons si cela affectera le commerce électronique et les sites en ligne de casino qui acceptent les cryptomonnaies ou s’il y aura un quelconque impact sur la valeur du Bitcoin.

Élimination des publicités de Bitcoin, des ICO et des annonces similaires

En plus de bannir les annonces de cryptomonnaies, le géant de recherche sur internet met en place également de fortes restrictions sur les publicités de collectes de fonds en cryptomonnaies (ICO) et des produits financiers tels que les options binaires. Pour ceux qui ne connaissent pas bien le produit, c’est un dérivé d’échange de cryptomonnaies à haut risque où on peut soit tout gagner, soit tout perdre. Des millions de personnes pourraient potentiellement y perdre d’énormes sommes d’argent.

Facebook en tête de file

Depuis l’interdiction des annonces de cryptomonnaies en janvier, Facebook aurait essayé de réprimer les entreprises dynamiques qui ont décelé une faille dans le système. De manière tout à fait délibérée, ces entreprises orthographient mal des mots comme Ethereum et Bitcoin dans leurs annonces pour éviter d’être détectées. Selon un porte-parole de Google, l’entreprise anticipe déjà des stratagèmes semblables et travaille sur des moyens d’éviter de tels problèmes au lancement de l’interdiction des publicités en juin.

Cette année, la mise à jour de la politique de Google a été publiée avec le rapport annuel des « mauvaises annonces ». Il s’agit d’un vaste examen de plusieurs annonces trompeuses, controversées ou malveillantes qui sont supprimées de son moteur de recherche et de son réseau vidéo. Pour vous donner une idée de la portée d’une telle tâche, rien qu’en 2017, Google déclare avoir supprimé plus de 3,2 milliards de publicités du Web, quasiment le double du nombre d’annonces de l’année précédente qui s’élevait à 1,7 milliard.

Une répression de contenu trompeur et du plagiat

Des 3,2 milliards d’annonces supprimées en 2017, pas moins de 79 millions d’entre elles avaient été conçues de manière à inciter les visiteurs à visiter des sites Web qui contiennent des programmes malveillants. Google s’en prend également aux publicités qui fournissent un contenu trompeur ou du plagiat. Au cours des 12 derniers mois, Google a suspendu plus de 70 000 comptes clients pour avoir créé des annonces se faisant passer pour des articles de presse publics. Il s’agit là d’un stratagème populaire pour lequel Google a créé le terme « masquage tabloïde ». En outre, l’entreprise a bloqué quelque 12 000 sites Web pour plagiat ou pour avoir copié de l’information accessible au public provenant d’autres publications en ligne.

Bien que l’interdiction des publicités de cryptomonnaies ait un effet limité à court terme sur l’industrie, les résultats à long terme pourraient être plus conséquents. Quant à Google, sa perte en revenus publicitaires n’aura aucun effet réel sur ses recettes tirées des ventes ou sur sa croissance prévue. Rien qu’en 2017, Google a généré environ 95,4 milliards de dollars en revenus publicitaires, 20 % de plus qu’en 2016.

Sources: