Neuromarketing : comment le cerveau guide le pouvoir d’achat

Marketing ciblant le cerveau
Source: pixabay

Le mot peut sembler très scientifique, mais le concept de neuromarketing est assez simple, et basé sur la logique. Le neuromarketing implique l’utilisation de la technologie d’imagerie cérébrale pour étudier la réponse du cerveau à certains stimuli externes, c’est-à-dire surveiller comment le cerveau réagit à des choses telles que l’emballage, la publicité, le produit réel, etc. La prémisse est que le cerveau répond directement à la perception particulière de ce que les sens éprouvent. Souvent, l’esprit conscient n’est pas impliqué du tout, ce qui rend la réponse beaucoup plus honnête aux stimuli extérieurs.

De plus, il peut être découvert qu’un stimulus spécifique déclenche un ensemble cohérent de réponses, par exemple le désir d’essayer quelque chose de nouveau. L’idée générale est alors de déterminer exactement ce que sont ces stimuli et comment les reproduire à l’avenir afin de recréer la même réponse.

Il n’est pas difficile de voir à quel point le neuromarketing peut être un outil très utile, et c’est une science de vente qui peut être appliquée dans presque tous les secteurs, de l’industrie des casinos en ligne à la banque, à la vente de maisons ou même à la crème glacée!

Utilisation efficace de la neuro-manipulation


Bien que la technologie du neuromarketing soit relativement nouvelle, il existe de nombreux exemples de la façon dont le cerveau réagit d’une certaine manière à certaines influences extérieures.

L’un d’eux est le concept du regard. Même s’il est vrai que les bébés font appel à nos côtés les plus tendres et les plus dociles, et que les publicités avec des bébés et des produits donnent souvent de meilleurs résultats que celles sans la présence du nourrisson, des études récentes ont montré que nous faisions tout mal.

L’idée initiale était de focaliser le regard du spectateur sur le visage de l’enfant. Cependant, les spécialistes du marketing se sont rendu compte que dès que l’attention du spectateur se centre directement sur le visage du bébé, l’accent n’est plus mis sur le produit et il est moins probable que l’attention revienne au produit à un moment quelconque du message publicitaire. Il a été découvert que la meilleure alternative était de focaliser le regard du bébé sur le produit que le commercial espérait vendre. Ceci, à son tour, s’est avéré efficace pour attirer l’attention du spectateur sur le produit aussi.

Un autre excellent exemple est la puissance de l’emballage. Les spécialistes du marketing ont toujours réalisé que la présentation est fondamentale et que nous répondons mieux aux produits présentés de manière attrayante qu’au contraire.

Le neuromarketing transcende ce concept en déterminant, avec l’aide de l’imagerie cérébrale, que les clients réagissent mieux aux emballages mates qu’aux emballages enveloppants.

L'impact de la couleur sur notre esprit
Source: pixabay

La couleur joue également un rôle important dans toute campagne de marketing efficace. Les couleurs sont bien connues pour aboutir à un large éventail d’émotions, certaines couleurs étant constamment liées à certaines émotions et réponses. L’étude des réponses du cerveau face à certaines couleurs a été bien documentée, et il a été démontré que le bleu attire les professionnels, le rouge attire instantanément le regard de presque tout le monde, et le marron foncé et l’or attirent tous ceux qui aiment le luxe et l’opulence.

Ce n’est pas ce que vous dites

Promouvoir le potentiel d'achat
Source: pexels

L’essentiel est que les gens n’aiment pas perdre. Personne ne veut perdre. Juste au moment où la perte frappe la porte, nous l’évitons. L’application logique? Lorsque deux options sont présentées, et l’une comme une perte, les gens choisissent presque toujours l’autre option, peu importe si c’est une solution de rechange attrayante dans un premier temps.

Présenter un produit comme n’étant PAS négatif donnera donc de bien meilleurs résultats que de simplement poser un produit comme positif et l’autre comme négatif. Un bon exemple de ceci est quand on fait la publicité d’un produit plus cher en soulignant une perte. Par exemple, il est possible de faire de la publicité d’une chaudière de 1 000 $ en disant que vous pouvez économiser 100 $ sur votre facture d’électricité en hiver — alors pour 900 $ de plus, vous pouvez économiser 100 $ !

La conclusion est alors que les gens veulent constamment faire l’expérience de quelque chose qui n’est pas une perte, et qui n’est pas négatif. Ces expériences et produits seront ceux autour desquels ils graviteront et le meuromarketing en tirera sûrement le meilleur parti.